Find thousands of books, manuscripts, visual materials and unpublished archives from our collections, many of them with free online access.

A father has died and is mourned by his wife and children, as his eldest son returns from the wars, distraught by his arrival too late to see his father alive. Engraving by R. Gaillard, 1781, after J.B. Greuze.

  • Greuze, Jean-Baptiste, 1725-1805
Date
1781-1819
Reference
577906i
  • Pictures
  • Online

Available online

view A father has died and is mourned by his wife and children, as his eldest son returns from the wars, distraught by his arrival too late to see his father alive. Engraving by R. Gaillard, 1781, after J.B. Greuze.

Licence

Public Domain Mark
You can use this work for any purpose without restriction under copyright law.
Public Domain Mark (PDM) terms and conditions https://creativecommons.org/publicdomain/mark/1.0
Credit: A father has died and is mourned by his wife and children, as his eldest son returns from the wars, distraught by his arrival too late to see his father alive. Engraving by R. Gaillard, 1781, after J.B. Greuze. Wellcome Collection. Public Domain Mark

Selected images from this work


About this work

Description

"120. Le mauvais fils puni. Il a fait la campagne. Il revient; et dans quel moment? au moment où son père vient d'expirer. Tout a bien changé dans la maison. C'était la demeure de l'indigence. C'est celle de la douleur et de la misère. Le lit est mauvais et sans matelas. Le vieillard mort est étendu sur ce lit. Une lumière qui tombe d'une fenêtre n'éclaire que son visage, le reste est dans l'ombre. On voit à ses pieds, sur une escabelle de paille , le cierge bénit qui brûle , et le bénitier. La fille aînée, assise dans le vieux confessionnal de cuir, a le corps renversé en arrière, dans l'attitude du désespoir, une main portée à sa tempe, et l'autre élevée et tenant encore le crucifix qu'elle a fait baiser à son père. Un de ses petits-enfants, effrayé, s'est caché le visage dans son sein. L'autre, les bras en l'air, et les doigts écartés, semble concevoir les premières idées de la mort. La cadette, placée entre la fenêtre et le lit, ne saurait se persuader qu'elle n'a plus de père: elle est penchée vers lui; elle semble chercher ses derniers regards; elle soulève un de ses bras, et sa bouche entr'ouverte, crie : Mon père , mon père! est-ce que vous ne m'entendez plus ? La pauvre mère est debout, vers la porte, le dos contre le mur, désolée, et ses genoux se dérobant sous elle. Voilà le spectacle qui attend le fils ingrat. II s'avance. Le voilà sur le pas de la porte. Il a perdu la jambe dont il a repoussé sa mère; et il est perclus du bras dont il a menacé son père. Il entre. C'est sa mère qui le reçoit. Elle se tait; mais ses bras tendus vers le cadavre lui disent : Tiens, vois, regarde ; voilà l'état où tu l'as mis. Le fils ingrat parait consterné; la tête lui tombe en devant, et il se frappe le front avec le poing. Quelle leçon pour les pères et pour les enfants ! Ce n'est pas tout; celui-ci médite ses accessoires aussi sérieusement que le fond de son sujet. A ce livre placé sur une table, devant cette fille aînée, je devine qu'elle a été chargée, la pauvre malheureuse! de la fonction douloureuse de réciter la prière des agonisants. Cette fiole qui est à côté du livre contient apparemment les restes d'un cordial. Et cette bassinoire qui est à terre, on l'avait apportée pour réchauffer les pieds glacés du moribond. Et puis, voici le même chien qui est incertain s'il reconnaîtra cet éclopé pour le fils de la maison, ou s'il le prendra pour un gueux. Je ne sais quel effet cette courte et simple description d'une esquisse de tableau fera sur les autres; pour moi, j'avoue que je ne l'ai point faite sans émotion. Cela est beau, très-beau, sublime; tout, tout. Mais comme il est dit que l'homme ne fera rien de parfait, je ne crois pas que la mère ait l'action vraie du moment; il me semble que pour se dérober à elle-même la vue de son fils et celle du cadavre de son époux, elle a dû porter une de ses mains sur ses yeux, et de l'autre montrer à l'enfant ingrat le cadavre de son père. On n'en aurait pas moins aperçu sur le reste de son visage toute la violence de sa douleur ; et la figure en eût été plus simple et plus pathétique encore; et puis le costume est lésé dans une bagatelle , à la vérité; mais Greuze ne se pardonne rien. Le grand bénitier rond, avec le goupillon, est celui que l'église mettra au pied de la bière; pour celui qu'on met dans les chaumières, aux pieds des agonisants, c'est un pot à l'eau , avec un rameau du buis bénit le dimanche des Rameaux. …"--Diderot, loc. cit.

Publication/Creation

Paris (Rue Froidmanteau no. 16) : Chez Alibert, m.d d'estampe

Physical description

1 print : engraving ; image 48.9 x 62.8 cm

Lettering

Le fils puni. Gravé par R. Gaillard, d'après le tableau de J.B. Greuse ; Peint par J.B. Greuze ; Gravé par R. Gaillard

Edition

[State published by Alibert].

References note

Denis Diderot, Oeuvres de Denis Diderot: Salons, vol. 1, Salon de 1761, 1765. Essai sur la peinture, Paris: J.L.J. Brière, 1821, pp. 264-268
Edmond Pognon and Yves Bruand, Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle, Bibliothèque nationale, Département des estampes, tome IX, Paris 1962, p. 411, no. 186

Reference

Wellcome Library no. 577906i

Reproduction note

After a painting by Greuze in the opposite direction, 1778, forming a pair with 'Le fils ingrat', the two paintings together being called 'La malédiction paternelle', both in the Musée du Louvre

Exhibitions note

Exhibited in "Passions and fervour. The art of powerful emotions" at LWL Museum fur Kunst und Kultur, Münster, 9th October 2020 - 14th February 2021

Type/Technique

Languages

  • French


Where to find it

  • LocationStatusAccess
    Closed stores

Permanent link